Le casque de tronçonneuse ou casque pour travaux forestiers a pour but d’offrir une protection globale à l’utilisateur. Ils doivent être agréables à porter sur la durée et assurer une sécurité au niveau de la tête, du visage et de l’ouïe.

Pourquoi porter un casque tronçonneuse ?

Qu’il s’agisse d’une simple casquette à visière ou d’un casque forestier, tous ont pour objectif de diminuer le risque de blessure qui peut survenir lors de divers travaux, comme par exemple l’abattage d’arbres à la tronçonneuse.

De tous les EPI – équipements de protection individuelle – le casque de sécurité est certainement l’élément le plus indispensable. Il permet de se protéger des chutes, que ce soit d’objets ou de l’utilisateur lui-même.

Pour cause, si on écarte les problèmes de lombalgie, les chutes figurent en deuxième place des accidents du travail les plus représentés en France. Les conséquences, déjà importantes, sont d’autant plus dangereuses si le crâne ne dispose pas d’une protection contre les chocs.

Grâce aux différentes extensions comme la visière ou encore le protège-ouïe, les casques permettent également d’assurer une protection de l’audition et du visage, essentiel sur des chantiers forestiers et pour toute utilisation d’une tronçonneuse.

Un casque de travail qui passe les tests

Les travaux nécessitant une tronçonneuse sont des activités risquées et souvent très exposées aux accidents. Si on dispose aujourd’hui de protection anti-coupures, le casque fait office de grand-père de la protection. Et pourtant, il représente certainement la protection la plus indispensable pour toute personne travaillant à l’aide d’une tronçonneuse.

La coque du casque

Comme de nombreux équipement de sécurité, une norme européenne – EN 397 – a été créée afin d’assurer un certain niveau d’exigence concernant les casques de sécurité.

  • Aucune partie du casque ne doit posséder d’arêtes vives susceptibles de blesser l’utilisateur. En outre, ces différentes parties doivent être amovibles sans nécessiter d’outils.
  • La distance séparant le crâne de l’utilisateur de la coque du casque ne doit pas excéder les 5 cm. Ceci a pour objectif d’assurer un bon maintien du casque.
  • L’air doit également circuler à l’intérieur du casque. Pour ce faire, l’équipement doit disposer d’un espace minimum de 25 mm afin d’assurer une aération suffisante. Cela permet de maintenir une certaine fraîcheur au niveau de la tête.
  • Le casque doit également permettre d’absorber une partie des chocs. Pour ce faire, l’intérieur du casque est tapissé de bandes textiles qui vont répartir l’énergie cinétique de l’impact de manière à amortir le choc et minorer les effets.
  • La visière, autrement appelée « protège-face », est soumise à un test de résistance durant lequel on projette des billes d’acier à haute vélocité.
  • La partie du casque située à hauteur des oreilles et qui protège l’ouïe est soumise aux tests issus de la norme EN 352. Il s’agit d’évaluer la protection auditive fournie par le matériel dans des cas d’utilisation classique.
  • Cet équipement subit également d’autres tests comme celui de la résistance à la perforation ou encore le comportement au contact du feu.

Notons également que, si la plupart des constructeurs de casque estiment qu’il faut remplacer celui-ci tous les 4 ans d’utilisation, il n’existe pas de norme ou de test permettant d’imposer ce renouvellement.

Comment choisir son casque de sécurité pour tronçonneuse ?

Vous n’utiliserez pas un casque de chantier classique pour une intervention forestière. De toute évidence, il ne sera pas suffisamment adapté à la situation : protection insuffisante contre les chocs, les projections, éclats et le bruit.

Parmi l’offre commerciale qui existe sur les casques de sécurité, vous devez donc choisir le modèle qui conviendra le plus à l’utilisation que vous en aurez. Si vous lisez cet article, c’est probablement que vous cherchez une protection qui vous servira durant l’usage de votre tronçonneuse.

Quand on a une activité tournée vers les métiers du bois ou même paysagiste, mieux vaut directement opter pour la solution du casque forestier ou casque tronçonneuse.

En effet, un tel équipement dispose du maximum de protection disponible avec 3 éléments combinés.

Une coque antichoc

La protection commune à tous les casques : la coque anti-choc. Celle-ci absorbe les impacts afin de réduire les conséquences de celui-ci. Cet aspect est d’autant plus utile quand on effectue un travail d’élagage où il protège l’utilisateur à la fois contre les objets en mouvement, mais également contre sa propre chute.

Une visière de casque pour tronçonneuse contre les éclats de bois

Le casque forestier dispose d’une visière solide qui protège les yeux et le visage d’une manière générale.
L’utilisation d’une tronçonneuse vient forcément avec les projections et éclats de bois qui suivent la taille du bois. Ceux-ci peuvent être dirigés dans n’importe quelle direction, y compris vers votre visage. L’utilité de la visière n’est plus à démontrer.

Protection d’ouïe

Équipement supplémentaire et pas des moindres : la protection anti-bruit intégrée directement dans la structure du casque.

Le son produit par une tronçonneuse dépasse très largement les 100 dB (décibels) (90 dB pour les électriques). On est donc sur un bruit aussi nuisible pour votre ouïe que celui présent dans une discothèque. La proximité avec l’appareil étant en outre un facteur aggravant. Pour un usage régulier sans perdre de faculté auditive, la présence de cette protection contre le bruit est donc primordiale.

Notez que chacune de ces parties peut également disposer de ses propres améliorations. Ainsi la visière peut être plus ou moins rigide, teintée ou non teintée, grillagée, etc.

Dans le même ordre d’idée, la partie antibruit du casque peut embarquer un modulateur sonore. Celui-ci procède alors à un traitement des sons réceptionnés avant de les restituer dans l’oreille de l’utilisateur. Cela permet l’amplification de certaines fréquences comme la voix humaine tout en atténuant les sons les plus forts.
Mieux, vous pouvez même trouver des casques possédant un relais de transmission radio pour vous permettre de communiquer avec vos collègues, de prendre des appels ou d’écouter de la musique durant votre travail.

Vous l’aurez compris, il existe autant de version de casques de protection qu’il existe de tronçonneuses. Cependant, à l’instar des autres équipements de sécurité, économiser quelques euros sur un casque pour tronçonneuse et se passer de ces avantages est, selon l’avis de professionnels, une très mauvaise idée.

Conclusion

Le casque forestier est un outil indispensable aussi bien pour un particulier qu’un professionnel. Il a la double fonction d’assurer le confort et la sécurité de son utilisateur. Les prix pour acquérir ce type de matériel de sécurité est accessible à la plupart des budgets. La majorité des grandes marques proposent des casques pour tronçonneuses notamment: Stihl, Husqvarna ou Oregon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires